EDIFIER UN ETAT PROSPERE RESPECTUEUX DES DROITS FONDAMENTAUX DE L’HOMME

CONSOLIDER LA NATION COMORIENNE

  • La nation comorienne est une réalité tangible, résultat d’un peuplement quasi homogène et de fortes liaisons entre les populations des quatre îles de l’Archipel. Il s’en est suivi :
    • Une langue commune malgré des singularités régionales
    • Une culture commune telle qu’elle s’incarne dans les processus sociaux
    • Une base religieuse commune s’appuyant sur le même rite musulman
  • Avant la colonisation, la société comorienne était structurée par village par classes d’âge, par position sur une hiérarchie rigoureuse. Des lois règlementaient la vie sociale.
  • Le processus de construction d’un Etat-Nation comorien fut interrompu par la colonisation du pays au XIX° siècle. Cependant l’unité du pays s’est imposée au colonialisme français qui en a tenu compte dans ses dispositifs administratifs successifs de sa colonie.
  • La nation comorienne est cependant menacée par un séparatisme virulent nourri par le colonialisme français aboutissant au maintien de Maore sous colonisation française, un séparatisme agressif qui ravage les quatre îles de l’Archipel
 

Nos engagements :

  1. Mener un combat ferme et judicieux contre le séparatisme. Restaurer l’intégrité territoriale et reconstruire pas à pas l’unité des populations de nos quatre îles
  2. Préserver et développer notre culture, ferment de notre identité nationale, lui faire épouser le contexte du XXI° siècle

VALORISER L’EXPERIENCE DES LUTTES DES REVOLUTIONNAIRES COMORIENS

  • L’histoire de notre pays depuis le XIX° siècle est celle de la lutte de notre peuple contre le colonialisme français.
    • Elle commença par la lutte des Masimu, Mtsala contre la pénétration coloniale française. Malgré quelques convulsions, le pays fut placé sous un colonialisme brutal et obscurantiste durant près d’un siècle.
  • Les premières formes de contestation du colonialisme français émergèrent après la seconde guerre mondiale et s’articulèrent autour de la reconnaissance de la personnalité comorienne. Ce qui aboutit à la séparation administrative d’avec Madagascar et au statut de Territoire d’Outre-Mer. La voie vers l’indépendance fut ainsi ouverte.
    1. Le combat pour l’indépendance nationale prit son essor dans la première moitié des années 1960 avec la création du MOLINACO (Mouvement de Libération Nationale des Comores), suivie par celle du PASOCO (Parti Socialiste des Comores). L’indépendance fut acquise le 6 juillet 1975.
    2. L’impérialisme français réussit néanmoins, avec l’appui de ses laquais comoriens à vider l’indépendance de son contenu libérateur en conservant Maore sous sa domination directe et les trois autres îles dans son système néocolonial.
  • De janvier 1976 au 13 mai 1978, le président Ali Soilihi Mtsashiwa se détacha du colonialisme français et engagea une politique révolutionnaire visant à ouvrir une voie nouvelle au pays sur la base d’un plan économique, administratif et d’une transformation profonde des mœurs féodaux. Une expérience riche qui n’a pas réussi à susciter une large adhésion des masses. Le régime Ali Swalihi fut donc une proie facile pour l’impérialisme français, ses mercenaires et ses suppôts comoriens qui le renversèrent par un coup d’Etat le 13 mai 1978.

Les forces patriotiques n’ont jamais abandonnée la partie mais elles ne sont pas parvenues au pouvoir et, à l’instar du Front Démocratique, furent soumises à une répression brutale qui est parvenue à les réduire au silence.

Nos engagements :

  1. Poursuivre le combat contre le colonialisme et le néocolonialisme français
  2. Etudier à fond l’expérience révolutionnaire de notre peuple afin d’en tirer le maximum d’enseignements dont entre autres :
    1. Nous doter d’une plateforme idéologique et politique pour bâtir notre Organisation sur du solide
    2. Batailler pour l’appropriation de nos projets politiques par les larges masses.

Des chapitres en instance de développement

QUESTION DE MAORE,  ÉCONOMIE, FINANCE,
ÉDUCATION, SANTE, INSTITUTION